Conversations avec le rap québécois
réunies par Jason Savard

Un livre disponible exclusivement en numérique!

Depuis 2014, Jason Savard a mené une série d’entrevues filmées avec plus d’une quarantaine d’acteurs et d’actrices du milieu du rap québécois. Vrai parler est né de la transcription de ces entretiens. Dans une forme qui se trouve à mi-chemin entre une histoire orale et un portrait varié et nuancé de la scène actuelle, les artistes interviewés abordent des thèmes comme l’engagement, les liens avec les médias traditionnels, l’industrie de la musique populaire au Québec, la présence des femmes dans le milieu, les relations avec le public et les considérations identitaires. Par la voix de ses artisans, Vrai parler offre une documentation inédite et vivante sur le rap québécois.

Avec la participation de :
2Faces, Bbrain, Beeyoudee, Boogat, C-Drik, Carlos Munoz, Chub-e Pelletier, Cobna, Dee, Dice B, Dirty Taz, DJ Horg, Dramatik, Égypto, Félix B. Desfossés, FiligraNn, Goofy Welldone, Helmé, Ironik, Izzy-S, J.Kyll, Jam, Keithy Antoine LadyspecialK, KNLO, Koriass, Laurent K. Blais, Mocy, Monk.E, Ogden, Olivier Boisvert-Magnen, Olivier Brault, P.Dox, Rap de rap show, Richman, Rico Rich, Ruffsound, Sam Rick, Sarahmée, Sev Dee, Souldia, S.P., Steve Jolin, Tizzo, Wahlee Sparks et Webster.

224 pages, PDF et Epub, 9,99$

 

Alien ou les mutations d’une franchise
de Megan Bédard

Quarante ans plus tard, que reste-t-il à dire sur Alien? Le film n’est plus seulement cette œuvre culte et unique ayant choqué l’auditoire de son époque; il s’est transformé en une colonie de récits épars qui se sont infiltrés dans toutes les sphères médiatiques et culturelles.
 
Xénomorphe est un voyage au cœur de cet univers de fiction explorant les mutations de la franchise Alien, du cinéma au jeu vidéo en passant par la bande dessinée et la littérature. Comment se créent, se transforment et se consomment ces œuvres après plusieurs décennies d’évolution dans ces monstrueuses constellations de récits?

ISBN : 978-2-924670-89-7
220 pages, 25$

de Andrew Forbes

Traduit de l’anglais par William S. Messier

Fuir un village qui sera inondé pour élargir une rivière. Devenir agent de la faune comme son père mort trop jeune. Échapper à ses responsabilités dans un vieux chalet perdu. Lancer sa bague de mariage dans les chutes du Niagara un soir de sa lune de miel. Filmer des paysages époustouflants avec des drones pendant que celle qu’on aime perd lentement son combat contre la maladie. Faire des cours d’escrime pour recommencer à vivre après une rupture difficile. Se perdre en forêt avec un père malade qui cherche désespérément le lac de son enfance. Déménager avec sa fille dans le désert de l’Arizona.
 
Holland, Cara, Wendell, Sarah Lee, Kirk, Claudia, Caspar, Ana Rae et les autres tentent de fuir ou de reconstruire leur vie dans la beauté, la dureté et l’intimité des territoires en mouvement qui les entourent, les habitent et les façonnent. Traversant le continent, les nouvelles d’Andrew Forbes survolent ces existences comme un avion biplan à l’affût des feux de forêt, à l’affût de ce qui détruit et de ce qui permet parfois de renaître.

ISBN : 978-2-925110-00-2
288 pages, 25$

de Timothée-William Lapointe et Baron Marc-André Lévesque

Vas-y embarque
conjugué·e à ta guise
tous les temps sont bons
quand on vit dans sa tête
nous serons tes guides pour la journée
une journée emplie de fabuleries de pleurs
de lieux assez petits pour mettre dans ton hamburger
et de lieux assez grands
pour mettre dans le hamburger d’un géant.
 
La visite sera triste par bouts
rieuse par d’autres
c’est la vie on suit le manuel
on promet rien
que le siège et le verbe
pour aller de là à là
pour ce qui est du reste
il y a toujours l’amour et le pardon.
 
Verdunland, c’est une visite guidée dans un Verdun parallèle et fantasmé, où l’on croise une ogresse qui gagne des concours de mangeage de roteux, où l’on découvre un système de recyclage de voitures spectaculaire, où l’on entre dans un bar miniature qui a été découvert par une fourmi, où l’on rencontre un gars du dépanneur toujours souriant. Une lecture dont on sort indemne, et rêveur.

ISBN : 978-2-924670-94-1
100 pages, 15$

 

de Olivier Morin et Guillaume Tremblay

Nous sommes dans le futur, mais pas si lointain. Les baby-boomers ont disparu depuis longtemps déjà, les derniers spécimens ayant été expédiés sur la Lune par l’ONU après avoir été reconnus coupables de crime contre la Terre. D’un même souffle, le clonage est décrété formellement interdit, « d’un coup qu’un boomer aurait l’odieuse idée de se cloner en cachette ».
 
Les années passent jusqu’au jour où Gilles Douillette, un citoyen hautement banal, découvre à la dure qu’il est un clone. Mais le clone de qui? Ça, c’est un mystère…
 
Guidé par le Club des Marquis (un groupe d’enquêteurs mondains), le désormais fugitif Gilles Douillette scrute les infinis détails de cette poignante intrigue pour découvrir qui l’a créé, comment, et surtout pourquoi son « créateur » l’a conçu à son image. Qui est véritablement le dernier baby-boomer?

ISBN : 978-2-924670-86-6
160 pages, 20$

de Carolanne Foucher

paraît qu’il faut pas passer devant le four
pendant que le gâteau monte
l’affaire c’est qu’un deux et demie c’est vraiment pas grand
surtout s’il faut que j’évite ma cuisine
qui est aussi mon salon
qui est aussi ma chambre
 
c’est tellement petit
ça se pourrait pas pour deux personnes
encore moins pour trois

ISBN : 978-2-924670-83-5
120 pages, 15$

 

 

De Mathieu Handfield

On reste comme ça à s’enfiler des verres pendant presque une heure, sans dire un mot. Je sais que c’est étrange mais, pour la première fois de ma vie, j’ai l’impression d’avoir trouvé quelqu’un qui me ressemble.

Et là, je ne sais pas pourquoi je dis ça, mais ça sort tout seul :

— Faudrait leur montrer, à eux, ce que ça fait de toujours se sentir anormal. Pourquoi est-ce qu’ils auraient le droit de décider de la taille qu’on devrait avoir? Au cul leur taille normale. C’est pas moi qui est trop grand, c’est le monde entier qui est trop petit pour moi.

Napoléon McDougall, épuisé d’avoir à se plier en deux à cause de ses six pieds quatre, inspire malgré lui un nain riche et hargneux avec son fantasme d’agrandir le monde. S’ensuivent la métamorphose cauchemardesque d’une ville, une dépression collective, de mystérieuses disparitions, une histoire d’amour assombrie par un as de la baignade, des travaux forcés dans une caverne, des poursuites automobiles psychanalytiques et, surtout, un torrent d’égoïsme, de désespoir et de jurons…

Ceci n’est pas une histoire de dragons, un roman sans dragons dans lequel, au bout du compte, personne n’est un héros.

ISBN : 978-2-924670-80-4
244 pages, 22$

De Akena Okoko

Douze ans passent
Vite comme douze heures
Dans la peau d’un jeune métis
Mordu de basket
Qui croit en croire

Vite comme se faire des amis
Quand on déménage
Vite comme oublier
Un été de rêve
Qui ressemble à tous les autres
Vite comme faire une chanson
À douze
Ou apprendre
Le sens de la rue

J’habite encore à côté de cette église brûlée
Réaménagée en jardin
À deux minutes de la dompe municipale
De neige
Où je planifie m’initier un jour
Aux sports d’hiver

ISBN : 978-2-924670-77-4
72 pages, 15$

De Mathieu Poulin

Dans ce roman, qu’un lecteur enthousiaste pourrait qualifier de « genre de Germinal, mais avec des lutteurs », Mathieu Poulin réunit le monde de la lutte professionnelle et celui du syndicalisme pour aboutir, au compte de trois, à un récit dans la plus pure tradition des grands drames sportifs.
 
Étienne Renaud est lutteur. Sous le nom de Professeur Douleur, il est en vedette chaque semaine à la FLASH, la Fédération de lutte actuelle de Saint Henri. Lors d’un combat mal planifié avec le Gros Bon Sens, champion de la majorité silencieuse, il se casse une jambe et entre en convalescence sans salaire pour plusieurs mois. Devant cette absence de sécurité financière, il tentera d’instaurer un syndicat au sein de la fédération. Les négociations se feront devant public, dans la violence spectaculaire des matchs opposant les lutteurs anti et pro-syndicat. À l’intérieur du ring, où la frontière entre le vrai et le faux s’estompe, tous s’efforceront de répondre à une question essentielle : à la lutte comme dans la vie, les syndicalistes sont-ils les gentils ou les méchants?

ISBN : 978-2-924670-71-2
342 pages, 28$

 

 

De Véronique Grenier

 

C’est un lieu rond. On y arrive du dessus parce qu’on l’a ressenti. Un jour de trop. Il y a des arbres. Un plan d’eau. Des aires de jeux. De repos. Faut faire le tour. Longer le bord.
Choisir la vie, le vide.

Au parc du last call, on se teste l’espoir, le vouloir, le soi, une épreuve à’ fois.

ISBN : 978-2-924670-68-2
100 pages, 15$