de Carolanne Foucher

paraît qu’il faut pas passer devant le four
pendant que le gâteau monte
l’affaire c’est qu’un deux et demie c’est vraiment pas grand
surtout s’il faut que j’évite ma cuisine
qui est aussi mon salon
qui est aussi ma chambre
 
c’est tellement petit
ça se pourrait pas pour deux personnes
encore moins pour trois

ISBN : 978-2-924670-83-5
120 pages, 15$

 

 

De Mathieu Handfield

On reste comme ça à s’enfiler des verres pendant presque une heure, sans dire un mot. Je sais que c’est étrange mais, pour la première fois de ma vie, j’ai l’impression d’avoir trouvé quelqu’un qui me ressemble.

Et là, je ne sais pas pourquoi je dis ça, mais ça sort tout seul :

— Faudrait leur montrer, à eux, ce que ça fait de toujours se sentir anormal. Pourquoi est-ce qu’ils auraient le droit de décider de la taille qu’on devrait avoir? Au cul leur taille normale. C’est pas moi qui est trop grand, c’est le monde entier qui est trop petit pour moi.

Napoléon McDougall, épuisé d’avoir à se plier en deux à cause de ses six pieds quatre, inspire malgré lui un nain riche et hargneux avec son fantasme d’agrandir le monde. S’ensuivent la métamorphose cauchemardesque d’une ville, une dépression collective, de mystérieuses disparitions, une histoire d’amour assombrie par un as de la baignade, des travaux forcés dans une caverne, des poursuites automobiles psychanalytiques et, surtout, un torrent d’égoïsme, de désespoir et de jurons…

Ceci n’est pas une histoire de dragons, un roman sans dragons dans lequel, au bout du compte, personne n’est un héros.

ISBN : 978-2-924670-80-4
244 pages, 22$

D’Akena Okoko

Douze ans passent
Vite comme douze heures
Dans la peau d’un jeune métis
Mordu de basket
Qui croit en croire

Vite comme se faire des amis
Quand on déménage
Vite comme oublier
Un été de rêve
Qui ressemble à tous les autres
Vite comme faire une chanson
À douze
Ou apprendre
Le sens de la rue

J’habite encore à côté de cette église brûlée
Réaménagée en jardin
À deux minutes de la dompe municipale
De neige
Où je planifie m’initier un jour
Aux sports d’hiver

ISBN : 978-2-924670-77-4
72 pages, 15$

De Mathieu Poulin

Dans ce roman, qu’un lecteur enthousiaste pourrait qualifier de « genre de Germinal, mais avec des lutteurs », Mathieu Poulin réunit le monde de la lutte professionnelle et celui du syndicalisme pour aboutir, au compte de trois, à un récit dans la plus pure tradition des grands drames sportifs.
 
Étienne Renaud est lutteur. Sous le nom de Professeur Douleur, il est en vedette chaque semaine à la FLASH, la Fédération de lutte actuelle de Saint Henri. Lors d’un combat mal planifié avec le Gros Bon Sens, champion de la majorité silencieuse, il se casse une jambe et entre en convalescence sans salaire pour plusieurs mois. Devant cette absence de sécurité financière, il tentera d’instaurer un syndicat au sein de la fédération. Les négociations se feront devant public, dans la violence spectaculaire des matchs opposant les lutteurs anti et pro-syndicat. À l’intérieur du ring, où la frontière entre le vrai et le faux s’estompe, tous s’efforceront de répondre à une question essentielle : à la lutte comme dans la vie, les syndicalistes sont-ils les gentils ou les méchants?

ISBN : 978-2-924670-71-2
342 pages, 28$

 

 

De Véronique Grenier

 

C’est un lieu rond. On y arrive du dessus parce qu’on l’a ressenti. Un jour de trop. Il y a des arbres. Un plan d’eau. Des aires de jeux. De repos. Faut faire le tour. Longer le bord.
Choisir la vie, le vide.

Au parc du last call, on se teste l’espoir, le vouloir, le soi, une épreuve à’ fois.

ISBN : 978-2-924670-68-2
100 pages, 15$

 

 

 

De Simon Boulerice

– Une maison, c’est l’amour. Pis là, y a pus de maison. Faque y a pus d’amour.
– Pis nous autres ? On est des cotons ?

Murielle reçoit ses deux filles et sa belle-soeur pour un ultime repas clandestin dans la maison familiale qu’elles doivent abandonner. Entre la musique de John Cage, les ustensiles échappés au sol, le fantôme du père de famille et la crème glacée qui fond sur la pantry, elles plongent dans un doux délire collectif en évoquant les moments précieux passés dans cette demeure ancestrale.

ISBN : 978-2-924670-74-3
170 pages, 20$

De Maude Jarry

si j’étais un motel
j’afficherais jamais complet
sur mon panneau en néon cheap
y aurait toujours au moins
une maudite lettre de brûlée
les gens parleraient de moi en disant
c’est pas neuf neuf le matelas était bof
mais la literie sentait bon
pis au moins c’était propre

ISBN : 978-2-924670-56-9
88 pages, 15$

 

Pour les profs : consultez la fiche pédagogique

De Olivier Morin et Guillaume Tremblay

Pourquoi les géants ont-ils disparu?  Où sont passés les dinosaures?  Les Gardiens avertis ont-ils une poignée de main secrète ou ont-ils juste tous le doigt du milieu un peu croche?
 
Qui nous manipule ainsi? Les francs-maçons? Le nouvel ordre mondial? Les reptiliens? Les libéraux? La Maison Columbia? Sophie Thibault et la petite souris qui lui grouille dans la gorge?
 
Cindyne Bournival, citoyenne lambda, se réveille enceinte après un rêve simili-érotique impliquant Jésus. Au même moment, Elon Musk, grand prêtre des technologies du futur, annonce un nouveau chapitre audacieux à son programme spatial sur Mars. Une coïncidence?
 
Tant de choses qu’on préfère que vous ne sachiez pas. Mais la mascarade a assez duré. Il est temps d’exposer les Secrets de la Vérité.

ISBN : 978-2-924670-54-5
190 pages, 20$

De Frankie Barnet

Quelqu’un dans un party te décrit comme une « fille d’intérieur ». Ça veut dire quoi, au juste? Tu le sais pas, mais tu passes le reste de la semaine à obséder là-dessus. Tu regardes trois saisons de Keeping Up with the Kardashians en deux jours. Tu t’achètes une tortue de compagnie. Tu peins distraitement ce qui finit par ressembler au coach de football de ton école secondaire, mais nu. Tu pars en voyage en Australie pendant quelques mois. T’essaies de parler avec un accent new-yorkais en public, juste pour voir si les gens vont t’aimer mieux comme ça. Mais le commentaire te hante toujours. Une « fille d’intérieur ». Tu sens que c’est toi, même si c’est pas toi.
 
Dans ces nouvelles drôles à rire ou à pleurer, Frankie Barnet offre une voix à des filles souvent confuses, rejetées, désœuvrées, désillusionnées ou incomprises qui regardent passer leur existence comme on regarde quelqu’un tomber sur le trottoir de l’autre côté de la rue. Avec son écriture décalée et pince-sans-rire, Barnet nous met en pleine face les angoisses et les espoirs des jeunes femmes d’aujourd’hui.

ISBN : 978-2-924670-55-2
68 pages, 15$

 

Pour les profs : consultez la fiche pédagogique

 

 

De Maude Nepveu-Villeneuve

On a pris nos cliques, nos claques et nos sacs à dos, et on a décidé de partir. On aurait bien voulu saluer les marmottes, mais avec la pluie, elles étaient fourrées loin dans leurs trous, alors on leur a soufflé un baiser et on est parties sans plus de cérémonie. Les cérémonies, ça nous ressemblait pas, de toute façon.
 
Chloé et Almée rentrent chez elles après une fugue de quelques jours et découvrent qu’il n’y a plus rien ni personne dans leur minuscule village, à part quelques livres, un tourne-disque et un lièvre qui s’appelle Oreste. Grimpées sur leurs vélos, elles décident de suivre le chemin de fer jusqu’à la mer, où elles pourront recommencer leur vie comme si de rien n’était, naviguant en eaux troubles entre l’enfance et l’âge adulte, là où l’on trouve bien plus que de l’eau salée et des poissons qui nagent en banc.

ISBN : 978-2-924670-53-8
224 pages, 20$

 

Pour les profs : consultez la fiche pédagogique