Victoire de LUX

5 octobre 2012

Nous vous annonçons que les Éditions de Ta Mère ont gagné le prix LUX de la couverture de livre de l’année pour une deuxième année consécutive, pour non pas un, mais TROIS livres : Les cicatrisés de Saint-Sauvignac, M.I.C.H.E.L. T.R.E.M.B.L.A.Y. et Partir de rien! C’est donc un tour du chapeau pour Benoit Tardif, qui a remporté un total de trois LUX, dont Illustrateur de l’année! Ta Mère jubile.

Benoit est maintenant l’enfant préféré de Ta Mère, n’en déplaise aux autres.

 (Aussi, on est désolés pour le mauvais jeu de mots dans le titre. On est juste trop excités pour faire de meilleures blagues.)

Danser a capella, le vidéo

27 septembre 2012

Mathieu Handfield et Maurice Vadeboncoeur , tout deux des Productions Lombric, ont réalisé une capsule vidéo pour Danser a capella. C’est sérieusement hilarant.

 

Danser a capella – Simon Boulerice from Les éditions de Ta Mère on Vimeo.

 

Lancement de Danser a capella, de simon Boulerice!

19 septembre 2012

Ta Mère t’invite au lancement de son nouveau livre, Danser a capella, imaginé par Simon Boulerice et illustré – of course! – par Benoit Tardif. De plus, Simon en profitera aussi pour célébrer la sortie de son roman Javotte chez Leméac! Il va même y avoir une lecture de l’auteur. C’est donc un fabuleux programme double à ne manquer sous aucun prétexte!

C’est à la librairie Raffin de la chic Plaza Saint-Hubert, le 2 octobre, à 19h.

Et au pire, si les livres, t’aimes pas ça, tu pourras quand même profiter de l’alcool à un prix plus que compétitif (genre gratuit) (genre dis merci à Ta Mère).

 

 

Danser a capella

5 septembre 2012

En attendant le 2 octobre, jour de la sortie de Danser a capella de Simon Boulerice, voici quelques illustrations pour vous mettre l’eau à la bouche!

Ce n’est pas précisément un recueil de nouvelles. Appelons plutôt ça un recueil de monologues dynamiques, conçus pour la scène, mais lisibles dans le confort reposant de son foyer. Danser a capella, c’est sept personnages délicatement marginaux (ou en quête de marginalité) qui se livrent en vrac, ne lésinant pas sur leur désarroi ordinaire et ludique. On côtoie entre autres un caissier de Jean-Coutu costumé en chauve-souris qui tente de séduire un vampire, un VP de boîte d’assurance pris de compassion pour une danseuse vedette peinturée dans un coin en pleine entrevue télévisuelle, et une femme en peine d’amour qui fuit en Russie et participe à un marathon sur talon aiguille. Sans oublier cet homme, ce Simon, alter ego de l’auteur, qui révèle comment il a perdu la foi, en muant live en plein cœur de son solo chanté à l’église paroissiale, devant les fidèles consternés. Sept monologues, donc, qui donnent viscéralement envie de danser et de courir jusqu’à l’épuisement. Mais surtout de vivre son unicité jusqu’au bout. Qu’il y ait musique ou pas.


Ta Mère t’invite dans sa maison de vieux!

7 août 2012

Comme vous l’avez peut-être vu, Ta Mère publie enfin un nouveau collectif! Après avoir exploré les dessous pas toujours frais de la maternité dans le Livre noir, elle s’intéresse maintenant à un poids lourd de la démographie : les vieux.

Ta Mère vous invite donc à découvrir le livre et à rencontrer ses auteurs le lundi 20 août à 19h au bistro Vices et Versa

 
Pour plus de détails sur le livre et pour un texte exclusivement sur le web, c’est ici
 

AUTEURS: ALEXIE MORIN – AMÉLIE DUMONT – CELINE HUYGHEBAERT – FANNIE LOISELLE – FLORENCE BOBIER – ISABELLE CLAUDE DIT GRANDJEAN – JULIEN-PIER BOISVERT – MARIE-ANDRÉE ARSENAULT – MARIE PARENT – PIERRE-PHILIPPE GOUIN – SANDRINE GALAND – VINCENT BRAULT – WILLIAM S. MESSIER

* * *

On a tous un ou deux vieux de trop quelque part. Les raisons sont toutes excellentes pour s’en défaire : on n’a pas de place chez soi ni le temps de s’en occuper, on n’aime pas l’odeur des boules à mites ou on a déjà trop de couches à changer.

Sur l’invitation de Raymond Bock et d’Alexie Morin, treize auteurs ont accepté de placer les leurs dans les chambres qui composent ce recueil de nouvelles.

Ils se livrent ainsi à un périlleux exercice de projection en se mettant dans la peau d’une personne âgée à l’approche de la fin. Évitant les clichés ou se jouant d’eux, ils nous offrent des histoires tendres, cruelles, parfois décousues, souvent sages et toujours nécessaires.

Ces treize coups d’œil par autant de trous de serrure, ce sont avant tout des prises de parole contre l’oubli.

Le lancement de Ménageries!

2 juillet 2012

Le lancement de Ménageries, c’est le lundi 16 juillet à 17h, à la brasserie BENELUX!

 >Qu’est-ce que c’est Ménageries?

Ménageries, c’est un livre de contes écrit par Jean-Philippe Baril Guérard et illustré par Benoit Tardif.

En même temps, c’est aussi un spectacle présenté du 15 au 24 juillet, à la Balustrade du Monument-National, dans le cadre du Zoofest.

Profitez du lancement pour rencontrer l’illustrateur, l’auteur/metteur en scène et la distribution du spectacle! Ta Mère a hâte de boire les bonnes bières du BENELUX en compagnie du Théâtre En petites coupures.

>Qu’est-ce que ça raconte?

Dans ce livre de contes absolument pas pour enfants, quatre beaux animaux racontent leurs aventures où la soif de sexe, de sang et d’orgueil transforme les villes en zoos et l’homme en bête féroce.

À Moncton, un joueur de hockey junior majeur est catapulté dans une crise politique grave lorsqu’il couche avec une femme entretenant des liens étroits avec l’équipe locale. À Saint-Hyacinthe, une femme apprend à ses dépens qu’un bain de minuit dans la rivière Yamaska peut provoquer de graves effets secondaires. Dans le Village, un bear séropositif s’amourache d’un jeune homme et devient prêt à tout pour le faire passer dans son « équipe ». À Victoriaville, une étudiante s’en prend à la barmaid étoile du bar le plus populaire de la ville pour tenter de sauver son couple.

Tout ça illustré en couleur, comme dans les livres de Disney.

 

Un avant-goût de Ménageries

2 juillet 2012

histoire de vous ouvrir l’appétit avant la sortie le 10 juillet, voici quelques images de Ménageries, de Jean-Philippe Baril Guérard et Benoit Tardif .

Ta Mère porte le carré rouge

27 mars 2012 3 commentaires

Parce que Ta Mère tient à ça, la justice sociale, elle se prononce haut et fort contre la hausse des frais de scolarité. Plus encore, Ta Mère encourage fortement ses petits à se fâcher noir, comme l’a fait Marie-Christine Lemieux-Couture dans le texte qui suit:

Speak rich en tabarnaque

Sur toutes les chaînes de radios comme celles de la TiVi
Speak rich say Québec Inc
Parlez-nous du bien commun vendu au moins offrant
Des trous dans les poches de la nation
Pour que vos gaz de schiste perforent notre ignorance
Speculate on our future
Donnez-nous des chroniqueurs de foutaises
Des bourreux de crânes de nuages pelletés
Des démagogues de la condescendance érigée en système
Pour nous faire avaler la pilule de votre mépris

Speak rich en tabarnaque
Ne tournez pas vos langues de bois sept fois dans votre bouche
Coupez à blanc nos arbres à profits
Financez les multinationales à même notre trésor public
Pendant que nous peinons sous le poids de notre « juste part »
Éduquez-nous à l’investissement et à la richesse
En nous endettant jusqu’à plus soif
Pour que vos intérêts nous plient l’échine

Speak rich en tabarnaque
As if we don’t know about how you lead a financial crisis
Dites Fitch, Moody’s, Standard & Poor’s
Pour calmer notre tension du désespoir
Faites-nous croire que nous payons la dette de notre solidarité
Quand nous écopons des frais de 25 ans de libéralisme corrompu
Speak rich over our dead bodies
Because nous sommes 99% à crever de faim
Pour nourrir le Chronos du capitalisme sauvage
Speak it out loud
Because nous sommes lobotomisés par vos modèles de consommation
Nous comprenons des langages simples
Comme celui de la publicité
Nous comprenons des langages vides
Comme celui de vos discours politiques
Nous comprenons
Nous comprenons un peu trop

Speak rich en tabarnaque
Give us an American dream
Pour épancher nos plaies de capital humain
Bâillonnez nos révoltes de votre poivre démocratique
Supprimez notre honte sous la matraque des libertés individuelles
Étouffez-nous de vos droits lacrymogènes
Déformez notre cohésion sociale
Sous l’objectif propagandiste de vos mass médias
Nous parlons peu
Mais nous n’oublions pas

Speak rich en tabarnaque
From Tatcher to Reagan
In Friedman or Von Hayek’s words
Bring us to the Washington Consensus
Enlight us with the New World Order
Nous sommes fait de désordre
Et votre norme est trop petite pour nous

Speak rich
Coupez les mamelles de l’État
Excisez le peuple sous le bistouri des institutions financières
Il faut régler le pas des pauvres à coup de taux d’inflation
Align us on your axis of evil
Nous sommes dociles dans la terreur
Pris de torpeur hivernale dans vos xénophobies quotidiennes
Mais si nous nous réveillons
Si nous nous réveillons
Nous savons soulever tous les printemps du monde

Speak rich
Tell us about your « cultural révolution »
Dites-nous combien vous êtes « socialement responsables »
Que notre lexique gauche se vide de son sens
Au bénéfice de vos soliloques sourds d’idéologie dominante
Condamnez notre culture de misère à votre dédain
Parce qu’elle ne cadre pas dans votre économie du Savoir
Parce que vous craignez que la force de notre « nous »
Renverse la faiblesse de votre « je »
Quand vous vous recroquevillez sur une « majorité silencieuse »
Pour mieux nier la rumeur dont la rue est otage
Quand nos cris résonnent sur les pavés
Pour vous faire entendre qu’une autre voie est possible

Commencez-vous à comprendre
Que vous êtes seuls ?